Skip to content

Étiquette : Nouvelles

Bestiaire : Ophiocordyceps Latéralis

Les champignons…

Quels …

Quoi ? Que sont les champignons ?

De grands experts et spécialistes se sont essayés à répondre à cette question, ce qui me fascine et continuera de le faire pour un long moment. Cette capacité à chercher des réponses, en considérant que les théories et réponses existantes sont erronées, est stupéfiante. D’autant plus lorsque les réponses trouvées sont en tout point identiques à celles existantes et donc erronées (selon le postulat de base). Je ne suis pas là pour donner la mienne, parce qu’elle n’a aucun intérêt ! Mais il est cependant utile de parler un peu des champignons avant de parler de la créature qui capte notre attention.

Ni plante ni animal, les champignons sont une catégorie du vivant à part entière, ce qui est fantastique. Beaucoup d’autres catégories du vivant ont eu besoin de se rassembler pour être pleinement représentées. En réalité, ce serait oublier la quantité hallucinante d’espèces de champignons qui existent, possédant toutes des caractéristiques aussi variées. Il faudrait prendre le temps de faire un papier à part les concernant, mais il est simple de parler des espèces les plus répandues comme les bolets, les chanterelles, les cèpes, les calocères, les clavaires, les amanites, les hygrophores ou les truffes par exemple. Je l’avoue, je trouve les noms des champignons originaux et amusants à dire ou écrire.

Ils sont essentiellement composés d’eau, nous dépassant dans le chiffre des 65%. Ils sont absolument partout, ayant investi tous les lieux du vivant : l’air, la terre, l’eau (douce ou salée). Certains des experts dont on abordait le travail un peu plus tôt, estiment que leur existence remonte à très loin dans le temps, bien avant le temps des hommes, ou même des dinosaures ! Et toujours selon eux, ils auraient joué un rôle capital dans l’évolution de la flore, l’aidant notamment à se diriger hors de l’eau !

Ici, nous n’aborderons pas les champignons qui peuvent malheureusement peupler les corps humains, attaquer les habitations ou produire du fromage, fort savoureux. Non, nous ne parlerons que de ce qui peuple les bois et forêts de notre beau monde. Les experts n’ont pas fini de les dénombrer, je ne vous offrirais donc pas de nombre, préférant ne pas vous donner une fausse information. Ce que je sais en revanche, c’est que le plus grand ferait un peu plus de quarante hectares ! Un véritable mastodonte qui pèserait la bagatelle de quatre cent tonnes ! Ahurissant ! Tout simplement… Comment est-ce possible ? Le champignon n’est pas seulement la partie visible, à savoir le sporophore. Ce dernier n’est que l’appareil reproducteur du champignon, étant par ce biais qu’il émet des spores. Non, le champignon est en réalité bien plus grand et se trouve sous terre, légèrement sous la surface. Le mycélium est un long filament, généralement blanc, et c’est cela qui couvre quarante hectares pour notre champion. Quelques variétés sont comestibles et la faune ne se fait pas prier pour les déguster goulûment, s’en servant aussi parfois comme d’un lieu d’habitation. Les champignons sont aussi très utiles pour la nature, décomposant les bois, morts ou non.

Je ne pourrai pas prendre le temps de détailler toutes leurs utilisations, mais je souhaite en aborder certaines, absolument ingénieuses et stupéfiantes. Des apothicaires s’en servent pour soigner des malades et blessés, ou pour atténuer leurs douleurs ; des shamans en font la même utilisation, ce à quoi j’émettrais quelques réticences, connaissant également comment ils en utilisent pour entrer en transe et communiquer avec les esprits ; des guerriers de contrées bien au nord, se transmettent des connaissances à propos de champignons aux propriétés fascinantes, et tout autant terrifiantes, leur assurant par exemple de ne plus ressentir la douleur, de démultiplier leur force, de les priver de la peur, au prix d’effets secondaires souvent graves pouvant conduire à la mort. D’autres, et celui qui nous intéresse en fait partie, ont des caractéristiques impressionnantes, notamment parasitaires.

Ce qui m’amène à ma rencontre avec l’une des créatures vivantes les plus terrifiantes que je n’ai jamais rencontrées. Et croyez-moi, j’en ai rencontrées quelques-unes des créatures effrayantes ! Celle-ci se place loin devant toutes les autres, provoquant un sentiment d’horreur absolue, bien supérieur à celui des Sancrelunes bicéphales, des purulorentules, des harpies de sel, des sans-visages des trois plaines et des chatons. Ces derniers sont clairement les plus terrifiants, et s’ils n’étaient pas handicapés par leur taille réduite, il ne fait aucun doute qu’ils auraient déjà asservi notre population ! Je vous toucherai un mot ou deux sur ces créatures, mais je ne dois pas m’étaler à leur sujet pour le moment. Non, sinon finir cet écrit et le lire en entier serait une tache inhumaine.

Cela remonte au cinq du mois de Brumidor, de l’an… cela n’a pas d’intérêt de le savoir. J’étais en chemin pour étudier des sans-visages qui avaient été observés dans les régions nordiques surplombant le Grand continent. Ces créatures n’étaient absolument pas endémiques de ces régions, il était donc capital de savoir ce qu’elles faisaient ici. Et ce, que ce fût par accident, ou qu’il s’agisse des premiers spécimens observés et observables d’une espèce inconnue. Cela était grandement excitant ! Je n’avais pour ainsi dire, jamais étudié de nouvelles espèces, alors j’étais impatient de me lancer dans leur étude ! La nouvelle de cette découverte me parvint alors que je devais prendre la parole au forum sur les créatures aquatiques des trois vallées. Je l’ai quitté en urgence, afin de me rendre dans l’immédiat auprès des experts observant les sans-visages. Je n’ai rien raté d’intéressant, ces crétins de soi-disant experts du forum discutaient (et avec vigueur en plus !) de la classification du dragon bulle. Une perte de temps.

En raison de sa position géographique, je disposais de deux possibilités pour rejoindre mon objectif : soit emprunter la route commerciale qui relie les trois grands royaumes de l’ouest aux régions du nord, soit couper à travers le Grand continent et de traverser la forêt des cendres, les gorges de souffre et la toundra du clan Cesvi. L’une est relativement sûre, les gardes de chacun des royaumes qu’elle traverse l’arpentant, mais a l’inconvénient de demander trois mois de voyage à cheval ou en calèche. L’autre, bien moins sûre, n’en demande qu’un… C’est alors que, dans la fougue de ma jeunesse idiote, je m’élançais à travers le Grand continent. Les détails de mon voyage ne sont pas des plus palpitants, aussi je vous en épargne. Après trois longs jours de marche, j’atteignais l’orée de la forêt, couverte des cendres qui lui donnaient son nom. A cause d’une pluie récente, l’air était chargé d’une odeur humide et pâteuse, accompagnée des relents âcres et secs des cendres. Aujourd’hui encore, personne ne sait pour quelles raisons toutes ces cendres viennent se déposer ici. Une hypothèse qui est pour moi la plus pertinente, et la mienne, est de tenir compte de la baie brumeuse, plongée comme éternellement dans le brouillard. Je suis à peu près certain qu’un volcan sous-marin s’y trouve et qu’avec le temps, il s’est mis à dépasser de l’eau. Ce dernier projetterait ses cendres en l’air et le brouillard les cacherait. Elles s’accrocheraient aux nuages passant par-là, et arrivant au-dessus de la forêt, une chute de pression les y ferait tomber. Mais mes connaissances sont essentiellement concentrées sur les créatures du vivant, je suis bien plus limité concernant la mécanique et la physique qui le régit.

Mais revenons à nos bouftons. Je suis ensuite entré dans la forêt à la suite d’une observation curieuse de son orée. C’était la première fois que je m’y aventurais, et je fus fortement déstabilisé par les premiers pas que j’y ai marchés. J’avais la sensation d’être coupé du monde, ou d’avoir voyagé dans un tout nouveau. L’air semblait saturé de cendres, les empêchant de tomber au sol à une vitesse normale, on aurait dit qu’elles ne souhaitaient pas rejoindre le tapis de poudreuse par terre. Évidemment, les arbres et arbustes y étaient très grands, car, bien que les cendres obscurcissent les lieux, une douce lumière fade filtrait jusqu’au sol. Plus on s’enfonçait au sein des bois, moins la lumière solaire parvenait à se frayer un chemin jusqu’au sol.

J’ai passé deux longues semaines dans ces bois, à suivre l’un des chemins qui y serpentaient. Et pour y avoir vécu un épisode pluvieux, je peux vous garantir que ces cendres sont un enfer une fois détrempées ! Pires que de la boue, elles collent et salissent tout ce qui entre en contact avec elles ! Je n’y avais pas fait attention en entrant dans cette forêt, mais une ligne de démarcation de la crasse était visible sur le tronc des arbres eux-mêmes ! Ce lieu est hautement intéressant, notamment pour les biologistes. Il existe justement plusieurs bivouacs les regroupant autour et à l’intérieur des bois. Deux d’entre eux sont animés par une petite bisbille, liée à la paternité d’une découverte, mais rien qui pourrait nous chaloir. Ce dont je souhaite vous parler a eu lieu après avoir quitté le camp des erpétologistes, qui se sont installés dans une zone de la forêt où les reptiles en tout genre existent en très grande quantité. On y trouve d’ailleurs de fascinants spécimens exclusivement endémiques à la forêt des cendres, dont la salamandre braisée, qui se cache dans les cendres pour chasser et qui est capable de cracher du feu ! Elle ne doit sa classification en tant que salamandre qu’à cause de sa taille et de son crachat de flammes, trop impuissant.

Désolé, je digresse de nouveau… Je venais donc de quitter ce fameux camp lorsque j’entendis un bruit très proche du cri animal, mais tout aussi proche du râle de douleur. Comprenez bien qu’il s’agit d’une forêt dans laquelle de nombreux animaux provenant d’aussi nombreuses espèces habitent, prédateurs comme proies, il est donc plus que normal d’y entendre des cris de douleur. Et ce cri me fit sourciller, puisqu’il ne s’agissait pas du cri de douleur d’une créature blessée ou en train de se faire dévorer. Et bien que j’eusse perdu mes sourcils après ma rencontre avec une créature capable de cracher du feu ! Je ne parvenais pas à déterminer la source de ce cri, et cette pensée m’obnubila la journée durant, jusqu’à ce que j’installe mon camp pour la nuit, entre deux gros arbres massifs.

Et là encore, il m’accompagna dans chacune de mes tâches. L’agacement qu’il provoquait se mua progressivement en inquiétude alors que je m’installais pour dormir. Ce n’était pas normal qu’il perdure malgré la tombée du voile sombre. J’étais cependant bien impuissant face à ce bruit, que je ne savais qualifier. Un prédateur aurait été silencieux, pareil à la mort, me suis-je alors dit, cela ne pouvait donc pas en être un.

Je n’eus cependant pas à attendre très longtemps pour que cette pauvre bête ne se montre. D’abord simple trait sombre se dessinant au loin, difforme, ne représentant aucune créature que j’avais eu la chance de croiser de ma vie. Et j’en ai vu des créatures ! Un paquet même !

Alors qu’elle approchait, son faible cri plaintif la précédait, et chacun de ses pas me laissait apercevoir un détail de plus. C’était une créature au poil gris, de la taille d’un renard, adulte… Je ne pus dire tout de suite si c’était un renard cendré ou non, les espèces vivant dans cette forêt étant très difficiles à identifier. Ce que je pus voir cependant, c’est qu’il souffrait. Horriblement. Et diable ! Que j’étais terrifié ! Plus que je ne l’avais jamais été.

Cette pauvre bête n’attendait plus que la visite de la faucheuse. Plusieurs stipes[1] se terminant par des petits réservoirs percés, desquels s’échappaient des spores, sortaient de son corps, dont ses yeux. Cet infortuné renard n’était pas mort lors de la pousse de ces appendices, en témoignaient les cicatrices qu’il s’était fait en cherchant à les retirer, certaines suffisamment profondes pour laisser apparaître sa boite crânienne. Plusieurs os de son corps rachitique étaient visibles d’ailleurs, que ce soit sa cage thoracique, ses pattes et sa colonne vertébrale.

C’était pour moi une véritable torture que de le regarder ainsi, mais je n’avais pas le temps de me lamenter sur son sort ! Loin de là ! Je ne l’ai pas présenté, cela étant trivial pour moi, mais ce renard était infecté par un champignon très rare (heureusement) : Ophiocordyceps lateralis. Ces derniers n’infectent généralement que des insectes, notamment certaines espèces de fourmis ou d’araignées. Il ne s’agit normalement que d’un hôte temporaire, puisque l’objectif est d’infecter des oiseaux. C’est en effet dans leur corps qu’ils arrivent à y développer leurs spores. Les volatiles en question viennent manger les insectes infectés, ce qui les infecte à leur tour. Le fungus fait d’ailleurs preuve d’une grande ingéniosité pour faire en sorte que sa consommation ait lieu. Il fait grimper l’insecte infecté en haut d’un arbre ou d’un arbuste où il s’accrochera à une feuille. Il recouvrira alors le corps de son hôte de mycélium aux teintes jaune ou rouge vives, afin de bien être visible. Il arrive dans de très rares cas que le fungus se retrouve dans l’organisme d’un hôte plus gros qu’un oiseau, comme des mammifères de petite taille. Vous l’aurez compris, que l’hôte ici soit un renard fut problématique, et je saisis que j’avais affaire à un spécimen exceptionnellement puissant d’Ophiocordyceps lateralis.

Je devais donc l’éliminer. La survie de la forêt reposait là-dessus. Problème, et de taille : la malheureuse bête m’avait repéré et me bondit dessus avec une vitesse et une agilité que je ne lui aurais jamais soupçonné. Je fus alors arraché de mon lit de fortune, dans lequel il se bloqua. C’est purement cette intervention de la chance qui me permet actuellement d’écrire ces mots. Ces malheureuses bêtes sont pareilles à des zombies et ne fonctionnent plus que comme des insectes, à savoir en réponse à de simples stimuli comme la présence d’une proie potentielle, la présence d’un danger, la présence d’un congénère du sexe opposé… J’étais ici une proie et un hôte potentiel pour l’Ophiocordyceps lateralis. Agissant dans la précipitation, j’attrapai une couverture avec laquelle je calais mon sac dans mon dos lors de la marche, et enveloppai ma cible avec. Je pouvais entendre ses jappements de douleur et de colère alors qu’il se débattait comme un diable, ainsi que les stipes sur son corps se briser alors que j’écrasais cette masse de couvertures grouillante. Vous le comprenez aisément à présent, mais je ne voyage jamais seul. Le danger m’accompagne dans chacune de mes aventures, peu importe quel sol je foule. Alors j’ai toujours avec moi de quoi me défendre. Une petite dague ouvragée avec patience et talent, ornée d’une myriade de gravures que mes piètres capacités de description ne peuvent et ne pourront jamais décrire correctement. Et un gourdin rudimentaire, fait pour frapper et assommer. Il était hors de question de le battre à l’aide de ce dernier jusqu’à ce qu’il perde la vie. Non, il souffrait déjà assez, inutile d’en rajouter. D’un geste mal assuré, je tâtai la couverture pour trouver son poitrail et son cœur, afin d’y glisser la pointe de ma dague. Ce ne fut pas simple, et j’eus peur de devoir ouvrir la couverture pour trouver à l’aide de mes yeux. Finalement, après bien des essais et de longues heures à craindre pour ma vie, j’y suis parvenu. Je ne pouvais cependant pas laisser cette bombe à retardement au milieu de cet environnement si riche en vie ! Je brûlai donc son corps encore enveloppé de la couverture, infectée par les spores du fungus.

Trop bien éveillé pour ensuite retrouver le sommeil, je me suis aventuré jusqu’au bivouac flambant, celui situé le plus au centre de la forêt, où elle est si dense qu’il est obligatoire de laisser des feux allumés en permanence. Là, je leur ai raconté mon aventure, qu’ils eurent bien des difficultés à croire ! Je les comprends, c’est bien la seule fois qu’on entendait pareille histoire. Et je vous le dis en ayant feuilleté de nombreux ouvrages en discutant, et en ayant conversé avec de nombreux spécialistes du sujet, me prenant pour un fou, ou un illuminé cherchant un moment de gloire parce qu’il a été le premier à assister à quelques évènements invraisemblables.

Peut-être que cela vous intéresse, mais je suis bien parvenu à ma destination, finalement. J’ai pu observer les premiers spécimens d’une nouvelle espèce, ce qui m’a valu de connaître un certain intérêt de mes pairs, pendant quelque temps. J’en étais bien content à l’époque ! Avec le recul, cela m’a desservi, étant invité par mont et par vaux pour participer à des colloques plus inutiles les uns que les autres… La célébrité a toujours un revers, loin d’être plaisant.

Je ne vais pas vous abreuver éternellement de mes histoires, je conçois qu’elles vous désintéressent quelque peu. Je vous recommanderai seulement d’être prudent avec les fungus, et de les détruire par le feu si d’ordinaire vous ne croisiez leur chemin. Ils ont une grande capacité de résistance, et un simple nettoyage au savon est inefficace. Cela serait même une forme de suicide, puisque vous seriez dans l’obligation de manipuler le parasite pour le nettoyer.

Finalement, et je vous laisserai sur ces mots, gardez bien à l’esprit que les champignons, quels qu’ils soient, peuvent être considérablement utiles, voire vitaux, mais qu’ils sont à manipuler avec une extrême prudence, pouvant devenir mortels pour celles et ceux ne les connaissant pas suffisamment.

 

 

 

[1] Organe du champignon supportant le chapeau, aussi appelé « le pied »

Alors, comment était la lecture ? J’espère qu’elle vous a plus. J’ai mis un peu de temps pour l’écrire et la corrigée, mais je suis à peu près certain d’avoir laissé passer quelques choses. Rien de grave (si vous en voyez, n’hésitez pas à les signaler, je les corrigerais ! ).

Dans tous les k, j’ai aimé l’écrire, les champignons étant un domaines intrigant. Pour information, ce genre de champignon parasitaire existe. L’ophiocordyceps unilatéralis est l’un d’entre eux et n’infecte que des insectes, les fourmis et araignées il me semble. Il en existe d’autres, infectant également les escargots, par exemple. Cette vidéo vous montre le phénomène https://www.youtube.com/watch?v=DC_NMn8xqKQ

Merci encore pour votre lecture, et si vous avez apprécié, n’hésitez par à partager ceci, ça m’aide beaucoup !

Le capitaine

  • Hein ?! Tu ne connais pas le fameux capitaine de ce navire ? s’exclama une jeune femme fine, à la peau mate et façonnée par des années d’exposition à l’iode et au soleil.

Le jeune homme devant elle la dévisagea longuement avant de lâcher :

  • Ben… non.

Ce fut à son tour à elle, de le dévisager longuement, sans cligner des yeux. Incrédule, elle tourna la tête lentement vers les pirates derrières elle, dont l’un d’entre eux leva les épaules.

  • Tu cherches à me faire croire que tu ne connais pas le grand capitaine de ce bateau, celui qui a réussi à naviguer au-delà des mers anguleuses, sombrement célèbres pour leurs cimetières de bateaux ; aussi connu pour avoir occis un terrifiant kraken et qui a réussi à en ramener un en vie au près des observatoires des royaumes des sœurs ; celui-là même, dit-elle triomphalement en levant un doigt en l’air, qui a défait le terrifiant Edgar O’Doll, dit le « faiseur de poupées », régnant sur l’équipage des chiffonnés, composé de plus de 7 000 pirates sanguinaires !

Le jeune matelot remarqua derrière la jeune femme, un pirate massif, à la moustache longue et fournie, secouer l’une de ses mains en s’épongeant le front du dos de l’autre.

  • … Celui qui a placé sous son contrôle plusieurs terres comme l’ile du croc-de-loup, l’ile du géant borgne, celle du palmier, offrant plus de ressources naturelles qu’on ne peut en rêver…
  • Oh, moi ! Jacquotte ! Moi, moi ! Je sais ! beugla bêtement un pirate plus petit que Jacquotte.
  •  Quoi !? Cria-t-elle avec colère en se retournant vers celui qui avait eu l’outrecuidance de la couper.
  • Ben, on a aussi… Un lieu d’une grande importance dans la piraterie. Un lieu presque sacré, même si je sais pas c’que ça veut dire, capital même. On s’est beaucoup battus pour l’avoir et c’est avec honneur qu’on peut dire que cet endroit est à nous.

D’autres pirates hochèrent gravement la tête, alors que l’un d’entre eux pleurait, sans que le matelot puisse dire si c’était là des larmes de douleur ou de joie.

  • La taverne du chat qui ronfle est à nous, conclut le pirate, la main sur le cœur.

Jacquotte ferma les yeux et se massa le sommet du nez du pouce et de l’index.

  • … La taverne du chat qui ronfle nous appartient également, soit… Plus important, il a su retrouver le trésor de Maggy l’introuvable, Il combattit les morts lorsque les trois crânes des fiers forbans furent réunis, un beau bazar qui aurait pu être évité si certains capitaines cupides avaient écouté les conseils qui leurs sont donnés…
  • Désolé de vous interrompre, mais je ne connais pas votre capitaine, bien que j’ai entendu parler de ces évènements, oui.  
  • Tu persistes donc à vouloir me faire croire que tu ne connais pas le seul, l’unique capitaine Paposs Ible ? Je ne te crois pas, c’est impossible !
  • C’est Paposs Ible, Jacquotte, la corrigea le petit pirate, pas capitaine Impossible.
  • Ferme-là, triple buse !
  • En soit, que je le connaisse ou non, le résultat est le même, non ?

Jacquotte le regarda de nouveau, ne sachant quoi dire.

  • C’est vrai, tu n’as pas tort.

D’un coup de spartiate dans le torse, elle l’envoya rejoindre les flots tumultueux qui se trouvaient plus bas, d’où de grandes gueules ouvertes l’attrapèrent.

  • Bon les garçons, c’est l’heure de manger, non ?
  • Ouais ! A table !

Et tous partirent récupérer de quoi manger, avant de s’installer tranquillement pour le dévorer.

Le loup et la lune

Pour information, avant de commencer votre lecture, sachez que les personnages sont inspirés du travail de Chiara Bautista (https://www.facebook.com/chiarabautistaartwork) que je vous invite à aller voir. J’aime bien son travail, que ce soit son style ou la poésie qu’elle y véhicule.
Sachez également que le nom du loup s’inspire directement du nom de l’étoile la plus brillante de la petite ours, étant une étoile double (je ne le donne pas, histoire de ne pas le spoiler).

Au milieu du petit bosquet, dormait paisiblement un petit plan d’eau, de la taille d’une mare qui aurait oublié de grandir. Tout autour, de grands arbres aux feuilles d’un vert profond, montaient la garde pour s’assurer que rien ni personne ne vienne troubler la quiétude du lieu. Le vent soufflait en une agréable brise, ébouriffant l’herbe qui habillait la légère pente qui menait à la mare. Un grillon offrait une jolie mélodie à la scène, souhaitant accompagner le souffle du vent.

Soudainement, le chanteur se tut, laissant un silence léger se déposer sur la petite cuve. Entre deux arbres, qui s’ils avaient été observés de près, on aurait pu les voir rougir, une jeune femme nue se pencha pour observer la mare et ses alentours. Après s’être assurée que la voie était libre, elle s’avança vers l’eau. Ses pas laissaient voleter de petites billes lumineuses, telles des lucioles, venant former progressivement de nombreux petits animaux qui se mirent à jouer entre eux. Sa peau d’une pâleur faisant bouillir de jalousie la lune, reflétait les rayons de la jalouse pleine ; ses longs cheveux, épais comme ses bras fins, flirtaient avec ses chevilles à mesure qu’elle s’approchait de l’eau. Arrivant à son bord, elle la goûta timidement de son pied et réprima une grimace, avant d’y entrer. Elle poussa un soupir de plaisir alors que l’eau fraîche venait l’embrasser et elle bascula sur le dos, se laissant flotter, les yeux fermés. Le vent soufflait toujours tranquillement, accomplissant la tâche qui lui était confiée, ébouriffant l’herbe et les arbres. Elle plongea la tête sous l’eau, appréciant la fraîche caresse sur son visage, agréable en ce milieu d’été.

Alors qu’elle s’amusait à laisser courir des gouttes le long d’un de ses bras, un bruit attira son attention parmi les arbres censés protéger la cuve. Là, deux sphères lumineuses, fendues en leur centre et d’un jaune ambré, l’observaient. Tout autour, les animaux lumineux qu’elle avait créés en marchant avaient stoppé leur jeu, fixant avec inquiétude les yeux perdus dans l’obscurité. Elle ne ressentit pas de peur, mais plus de la curiosité, se répandant progressivement dans tout son corps, de celle qui vous donne envie de rencontrer une nouvelle personne, vous poussant à faire le premier pas.

– Hey, n’ai pas peur, dit-elle gaiement à destination du propriétaire des yeux, je ne vais pas te manger.

Sans répondre, ils avancèrent lentement vers elle, le regard toujours ancré sur elle. Les rayons sélénites vinrent baigner une énorme patte noire, précédant de peu le grand loup à qui elle appartenait. Son poil d’un noir profond, brillant étrangement sous la lune, le couvrait intégralement, à l’exception d’une tache blanche au niveau du poitrail dont la forme rappelait à s’y méprendre une étoile.

– Tu n’as pas peur de moi ? s’enquit d’une voix grave et posée le loup.

– Non, je devrais ? Lui demanda à son tour la jeune femme.

– Je ne saurais te dire si tu le dois ou non, admit-il après un court instant, mais tout le monde me fuit, sans que je ne sache pour quelle raison.

– C’est triste ! Viens me voir, je ne te ferais pas de mal, n’y aurais peur de toi, je te le promets !

En silence, d’un pas souple, le canidé s’approcha de la mare avant de s’asseoir à son bord, le regard toujours posé sur la jeune femme.      

– Au fait, pourquoi es-tu là ? Lui demanda-t-elle, innocemment. Je viens régulièrement ici, et c’est la première fois que je te vois. Une fois par mois, et parfois deux, mais c’est lorsque j’ai vraiment envie de venir, pour être honnête.

– Je suis toujours ici, mais en général, je ne me montre pas. Que ce soit ici ou ailleurs, je préfère rester caché, appréciant d’avantage la douceur de la solitude que l’agitation de l’accompagnement.

– C’est bizarre, je pensais que les loups vivaient en meutes… Et pourquoi ne veux-tu pas que les gens te voient ? Tu n’as pas l’air méchant.

– Je suis différent des autres loups, n’en étant pas vraiment un, mais j’apprécie en prendre les traits. Et toi, que fais-tu ici ? Demanda timidement le loup, la tête inclinée sur le côté.

– J’adore cette cuvette, dit-elle en la désignant d’un geste. L’eau y est toujours à la température idéale, les arbres me permettent de me soustraire à la vue de tous, et j’ai toujours la compagnie de ces petites créatures, toutes plus mignonnes les unes que les autres. Et la lune l’éclaire à chaque fois d’une pale lumière, permettant de voir convenablement. Tu n’as pas répondu à ma question, j’imagine que ce n’est pas un sujet que tu souhaites aborder. Je comprends, certaines choses ne sont pas simples.

Le loup porta son attention sur les créatures que la jeune femme avait présenté un instant plus tôt. Il s’agissait de petits animaux, comme des lapins, des fouines, des écureuils, des pinsons, entièrement constitués d’une matière fluorescente, les faisant briller dans la faible lumière de la pleine lune.

– Ce n’est pas vraiment que je ne souhaite pas être vu, je dirais que je préfère la compagnie de la solitude à celle de mes congénères ou des autres espèces. Beaucoup sont ceux qui exècrent la solitude alors qu’elle est une partenaire de choix. Elle sait être une oreille digne d’écoute et de confiance en cas de besoin, mais elle ne vous répondra jamais. Elle ne vous jugera pas ou n’émettra pas de critique, mais elle vous laissera avec vos pensées. Enfin, elle ne ment pas, ce qui à mon avis est la raison pour laquelle elle n’est pas appréciée.

– Tu as l’air de bien la connaître, et je t’avoue que je n’avais pas vu les choses ainsi. Je n’aime pas être seule, et c’est probablement pour cela que je recherche la compagnie de ces créatures. Même si elles ne parlent pas, les savoir auprès de moi me rassure. Et, lorsque je suis là-haut, dit-elle en pointant la lune du doigt, je ne suis jamais seule, je peux compter sur la présence de milliard d’étoiles.

Le silence les rejoignit alors qu’ils laissèrent leurs pensées s’envoler vers les étoiles, infinité de points lumineux sur une infinité bien plus grande d’obscurité totale. Absorbés par la contemplation, ils laissèrent le temps passer, à profiter simplement.

– Tu sais, Loup, ces moments de calme, je les affectionne plus que tout. Ils me font penser à la solitude dont tu parlais avec tant de passion.

– Oui, il est tout à fait juste de les comparer. Ils nous permettent d’être avec la personne qui devrait compter le plus pour nous, nous même.

Sur ces mots, la jeune femme se leva souplement, l’eau lui arrivant à la taille, glissant son regard dans celui du loup.

– Loup, Je suis désolée, mais le soleil va se lever, alors je souhaite savoir, est-il possible que la prochaine fois que je viendrais ici, nous nous revoyions ? J’ai apprécié passer du temps avec toi, alors j’aimerai recommencer.

– Bien sûr, répondit-il simplement. Je suis ici bien souvent, alors si je t’apperçois, je m’annoncerai.

– Avant de partir, Loup, veux-tu bien me donner ton nom ?

De nouveau, il l’observa un moment en silence, avant de répondre.

– De ce que j’ai entendu, les rares personnes à m’avoir donné un nom m’ont nommé Sirius. Tu peux continuer à m’appeler Loup, ou choisir ce nom, cela n’a pas d’importance pour moi.

– Merci pour ta réponse Sirius, je préfère t’appeler par ton nom, plutôt que d’utiliser le nom de ton espèce. Tu es unique pour moi, alors j’aimerai que le nom que tu portes reflète cette unicité.

– Merci pour ce compliment, répondit Sirius modestement, touché. Et toi, comment dois-je t’appeler ? – Je suis la Lune, alors appelle-moi Lune, simplement.        

La nouvelle chabeille

Le soleil brillait déjà pleinement en ce matin de début de printemps. Bien que la saison ne fût encore qu’à ses débuts, une douce chaleur, légèrement trop élevée, inondait les étendues vertes de la campagne. La différence entre ville et campagne devenait de plus en plus ténue, la nature reprenant progressivement ce qui lui revenait de droit. Je me souviens que je venais de quitter mon camp pour la nuit, n’abandonnant derrière moi qu’un petit tas de cendres et de nombreuses questions. Il y avait bien longtemps que j’avais arrêté de laisser des larmes, surtout depuis que j’avais croisé la route de Gribouche, ma chabeille. C’est une grosse mémère que j’avais soignée et nourrie il y a… je sais plus combien de temps, trop longtemps. C’était juste après une grosse tempête, le genre de tempête qui bazarde un bon gros tas de flotte et de zef, arrachant beaucoup de branches et de feuilles de leurs arbres ou de leurs fleurs, de bébêtes de leur lieu de vie… Et Gribouche était là, par terre entre quelques arbres, couverte de branches cassées, me lançant un Bzz-Bzz menaçant. Elle ne pouvait pas savoir que je voulais l’aider, son instinct lui disait de se méfier et de se défendre si besoin. En la dégageant de sa couverture naturelle, j’avais tout de suite remarqué que les branches n’étaient pas les seules choses de cassées. Une de ses pattes arrière et une de ses ailes l’étaient également. J’ai su en un instant que je devais l’aider, et je l’ai fait.

Elle ne s’était pas laissée faire, évidemment, mais j’ai progressivement gagné sa confiance. J’avais attendu un long moment au même endroit, le temps qu’elle reprenne du poil de la bête, et tranquillement, elle avait récupéré. Depuis, elle m’accompagne, aussi vite que ses petites pattes et ailes le permettent. Je n’ai nul par où me rendre, alors avancer un peu plus lentement que je ne l’aurai fait sans elle ne me dérange pas. Son allure m’avait d’ailleurs permis d’apprendre à apprécier le monde qui m’entoure, qui nous entoure. Sa diversité, sa simplicité, sa complexité, sa douceur, sa cruauté.

Revenons à notre doux début de printemps. Alors que je suis en train de jurer après avoir violemment perdu face à la gravité, j’entends un son que je connais, mais qui me fait tiquer. C’est une de ces situations dans laquelle vous vivez quelque chose que vous connaissez, mais vous savez que ce n’est pas la même chose. Il y a quelque chose de tellement semblable dans cette différence.

– C’est pas Gribouche ça…, pensés-je

Comme de juste, à cet instant précis, un fort bourdonnement de chabeille se fait entendre, mais ce n’est pas celui de Gribouche. C’est la première que je verrai en dehors de Gribouche ! me suis-je dit, toute contente d’enfin savoir qu’elle n’est pas la dernière de son espèce ! Malheureusement, en me relevant, je pousse un gémissement de douleur qui la fait fuir. Avec un poil de recul, je me demande pour quelle raison elle n’avait pas déjà détalé en m’entendent me vautrer, moi et tout mon matos. La curiosité l’avait peut-être poussée à rester ? Tout ce que j’ai pu voir d’elle fut son petit derrière rond et poilu, noir et jaune, suivi d’assez près de Gribouche. Son départ n’est pas un problème, elle reviendra rapidement. Il lui arrive de temps à autre de prendre son temps pour renifler quelque chose ou chasse. Et certaines fois, je continue ma route sans l’attendre, et elle me rejoint. Pour m’occuper, j’installe le camp pour la nuit, choisissant une petite bute me permettant d’observer le paysage faiblement vallonné autour. Que j’en ai de la chance de pouvoir profiter de ce monde…

Je me perds alors à le contempler. Une douce brise fait onduler les herbes hautes de la vallée en une mer verte, ou les quelques arbres et buissons qui s’y trouvent. Sur l’une des butes ceignant la vallée, un groupe d’abeilles de toutes tailles profite paisiblement du soleil. Je ne peux m’empêcher de rire lorsque l’une d’entre elle éternue, projetant plein de pollen de la fleur qu’elle était en train de butiner. Il n’y a pas un être humain en vue pour venir ruiner ce spectacle parfait. Je soupire en souriant et m’arrache de ma contemplation pour monter le camp et aller chercher du bois pour faire un feu le soir venu. 

Après quelques heures de recherches, et avoir trouvé de quoi manger, me chauffer, ainsi que de quoi laisser mes yeux s’émerveiller, je rentre au camp. Et là, une angoisse me saute à la gorge. Le camp est vide. Dans un monde dans lequel je suis le seul être humain encore en vie, c’est normal, mais si vous avez l’habitude de voyager avec une petite bête et que cette dernière n’est pas là quand vous revenez, vous paniquez. C’est un réflexe naturel. Je me trouve dans cette situation, et je ne sais pas comment gérer la vague, la déferlante qui m’attaque. Je ne peux pourtant pas partir à sa recherche. Le monde est redevenu sauvage depuis que l’humanité n’est plus, et je dois faire attention, en particulier la nuit. En déambulant aveuglément de nuit pour la retrouver, je ne serais qu’une proie pour les prédateurs, bien plus nombreux à présent. J’avais aperçu des ours récemment, et ils sont bien loin de l’image réconfortante des nounours qu’on serre contre soit lorsqu’on a besoin de se rassurer. Tout cela sans s’attarder sur les nouvelles bestioles qui existent maintenant

C’est l’âme en peine, et après m’être forcée à manger un peu, que je me couche. Seule, sous ma tente, sous l’immensité infinie de l’univers, tapissée d’étoile, de galaxies… Cette sensation d’être parmi cet ensemble d’objets célestes tous plus grands et imposants les uns que les autres est écrasante, et grisante aussi. Moi, je suis en vie parmi tout ceci, cette infinité. J’ai la chance de pouvoir voire le monde de mes propres yeux, de le sentir, de le toucher, de manger ce qu’il produit… Dehors, la vie fourmille et j’entends tous ces bruits comme une preuve de sa présence : ça gratte, ça grogne, ça vole… Est-ce qu’elle va bien ? Je m’inquiète pour elle autant, si ce n’est plus, que pour moi. J’espère qu’elle n’a rien. Je n’en ai presque pas dormi, passant mon temps à tourner et virer dans le flot continuel de mon inquiétude.

Au matin, comprenant que je ne gagnerai pas contre l’insomnie provoquée par mes pensées malades, je me lève et sors de la tente après avoir enfilé un manteau bien chaud. Les matins sont encore frisquets et je ne veux pas prendre le risque de tomber malade. Ce que je vois en sortant de la tente me soigne la tête et le cœur en tout cas. Devant moi, le soleil se lève, enflammant la vallée qui coule entre les nombreuses petites butes qui l’entoure. À mon instar, la nature se réveille partout où je porte le regard. De petites fouines qui sortent de leurs terriers, des oiseaux qui grattent la terre humide du matin pour y dénicher des insectes, insectes qui bourdonnent en nombres alors que les fleurs s’ouvrent avec les premiers rayons du soleil. Mais pas son bourdonnement à elle.

Préférant ne pas y penser et ne pas assombrir ma journée, je me suis attaquée à mon déjeuner après avoir fait un rapide brin de toilette. Ce n’est pas une question d’être présentable, mais d’hygiène. De toute façon, je n’ai à être présentable pour personne. Je cherche le plus possible à m’occuper les mains et l’esprit, mais très vite après avoir mangé, je ne peux pas me retenir d’aller la chercher. Sur un coup de tête, et surtout parce que je n’ai pas d’autres idées, je m’aventure entre les buissons par où elle était partie la veille.

Sans sa fuite, je n’aurai pas pu voir combien cet endroit est joli. En bas de la bute sur laquelle j’ai établi mon campement, une petite rivière coule en murmurant quelque chose que je ne comprends pas, ne parlant pas le rivière, mais souhaitant de tout mon cœur savoir quels sont ses mots. Autour, de nombreuses fleurs poussent partout où elles le peuvent, créant un joli désordre. Il est rare de trouver ce genre de lieux, même si l’humanité n’est plus. Certaines voix s’étaient élevées pour dire qu’une fois l’homme disparu, ses traces suivraient progressivement le même chemin, assimilées par la nature. Aujourd’hui, la planète est visiblement dans sa phase d’assimilation. Tout du long de mon voyage vers quelque part, je suis passée par une multitude de paysages qui n’attendent que de passer à autre chose. Les déchets et les infrastructures humaines tiennent encore debout, la plupart n’ayant pas encore commencés à se désagréger ou à tomber en ruines. Cela est ironique en soit, de voir que les immeubles dans lesquels nous vivions et qui étaient fissurés de toute part, ne veulent pas s’effondrer. Pourtant par endroit, de nombreux endroits, la nature commence à se réimposer, perçant le bitume, s’enroulant autour des colonnes de béton, recouvrant les carcasses métalliques des moyens de transports. Cette transition est à la fois déprimante et pleine d’espoir. La planète vient de si loin, mais quoi qu’il arrive, il semblerait qu’elle soit capable de le gérer.    

L’inquiétude qui me tenaille rend les recherches longues, me faisant me demander tous les deux arbres ou buissons passés, quand enfin la retrouverais-je ? Evidemment, plus j’avance, plus mon stress s’amplifie, et plus je trouve le temps long… Pourquoi l’esprit humain est-il fait de cette façon ? Cela ne fait que quelques minutes que je la cherche, et j’ai l’impression que cela fait deux heures que j’angoisse.

Un peu plus loin, entre deux arbres très rapprochés, je marche sur quelque chose de mou, me faisant penser : Tiens c’est bizarre, le sol est mou. Ce qui n’est pas possible. Oui, c’est tout à fait possible, mais pas mou comme ça. En regardant sous mon pied, je vois qu’il s’agit d’une sorte de matière en papier, comme de la cellulose, par endroit très molle, et d’autres assez solide mais friable, dans un gloubi-boulga de couleurs brunes. Cela me rappelle la couleur des nids de frelons, de guêpes ou d’abeilles. Comme il m’est impossible en l’état de savoir du quel de ces insectes il s’agit du nid, mieux vaut être prudente. Surtout que ces insectes avaient connu une belle croissance depuis la fin du monde. Et plus j’avance entre les arbres et les buissons, plus je vois ces bouts de cellulose qui jonchent le sol et la nature, et plus j’appréhende de voir un spécimen venant du dit nid. Je fais attention au moindre bruit, guettant tout bourdonnement. Je ne sais évidemment pas quel insecte bourdonne de quelle façon, ne parlant pas non plus l’abeille, le frelon ou la guêpe, mais cela m’aide à savoir quelle zone éviter.

Je suis vraiment impressionnée par cette zone, préservée de la main de l’homme. La nature y est reine. À la fois silencieuse et tonitruante, calme et impitoyable, simple et époustouflante de beauté.

Et là, entre deux arbres, je les vois. Elles sont trois, drapées de rayons de soleil. La plus grosse est allongée sur le flanc, ronflant lentement et puissamment, soulevant ses larges rayures jaunes et noires régulièrement. De la taille d’une voiture, je ne souhaite clairement pas me retrouver sur son chemin si elle se met à s’énerver. Contre son ventre est couchée Gribouche, somnolant et profitant de la douceur du soleil, au rythme régulier du ronflement. Et roulée en boule contre ma grosse Gribouche, une petite abeille dort paisiblement. Je me suis trompée, ce n’est pas une autre chabeille, mais une abeille qui a perdu son nid que j’avais vu. Les « trucs » que j’ai trouvé par terre sont des morceaux de nid, qui ont été dispersés en tous sens, par je ne sais quoi. Je n’ai pas souvenir d’une tempête ayant eu lieux récemment, je pense donc que c’est quelque chose qui a attaqué le nid. Quelque chose capable de mettre en déroute des bêtes pouvant être plus grosses que des voitures, voire davantage. Le côté rassurant de la chose est qu’elle n’est plus dans la zone. Les abeilles ne seraient pas aussi détendues si c’était le cas. Il est vrai qu’elles ont l’air si paisibles, si détendues. Comme si rien ne pouvait les atteindre, les déranger. Peut-être devrais-je faire comme elles ? Profiter de l’instant présent, profiter du soleil…

Suivant leur exemple, je m’allonge sur le dos, calant ma tête sur ma veste roulée en boule, au soleil, à quelques pas d’elles. Là, avec le soleil baignant mon visage, je me laisse bercer par le ronflement de l’abeille et je les rejoins rapidement dans le pays des rêves. 

 

 

Merci à vous pour votre lecture ! Si ça vous a plu, n’hésitez pas à laisser un petit commentaire, à partager, et à noter en utilisant le système de notation ci-dessous !

Pour celles et ceux intrigué(e)s par les chabeilles et les abeilles, allez faire un tour du côté de chez Eupholie, son travail est super cool !

5/5

Bestiaire – Le dragon bulle

Croquis express de dragon bulle

Le dragon bulle est un dragon particulièrement remarquable. Laissez moi apporter une remarque sur ce point. Ces caractéristiques sont remarquables, mais l’observer est quelque chose de particulièrement compliqué, et nombreuses et nombreux sont ceux qui ont passés leur vie à les chercher, sans jamais les voir. Ces chasseurs de dragon bulle, que j’aime à appeler les bullots, perdent bien souvent la vie en les chassant. J’avais trouvé ce petit sobriquet après m’être creuser les méninges de longues heures, voir même plusieurs jours, lorsque finalement, un évènement attira mon regard. Je m’étais installé à la terrasse d’une auberge, lorsque je vis un de ces chasseurs se faire tuer par un dragon des marais en s’accrochant à un rocher, tel un bigorneau. Je me dis que cette stratégie était celle d’un idiot, lorsqu’on connaît la perfidie des dragons des marrais, et mon cerveau a alors fait le rapprochement entre idiot et bulle. Bullot. Surtout que ces pauvres gens, s’ils avaient eu des intentions louables, les auraient trouvés, ces dragons bulles. Puisque le plus amusant ici, est que l’habitat principal de ces petites bêtes, est la salle de bain. Parfaitement. Il s’agit là de leur endroit de prédilection, et je vous l’expliquerais un peu après.

Comme je le disais donc, ses caractéristiques sont remarquables, et c’est la raison pour laquelle il est recherché. Tout d’abord, commençons par leur taille : les dragons bulle sont tout petits. Vraiment petits. Personnellement, je n’en ai pas vu dépasser les quatre centimètres de haut, et doivent tout au plus en faire six de long. Certaines personnes m’ont dit en avoir vu faire jusqu’à huit centimètres de haut, mais je ne les crois pas, cela serait signer l’arrêt de mort de ces pauvres créatures. Ces dernières sont en effet aussi petites qu’elles sont faibles. Les personnes qui comme moi les recherchent, sont d’accord pour dire que les dragons bulle sont aussi fragiles qu’ils sont petits. Pour les plus petits des dragons, une éponge ou un gant de toilette pourrait sérieusement les blesser. Et ce, sans qu’ils soient mouillés.

Je vois que je me fais vieux, j’écris la même chose, deux fois. Je radote, ça doit être l’âge…Surtout que ces dragons sont très loin d’être faibles. Très loin. Mais ils n’attaquent l’homme que s’ils se sentent en danger de mort immédiat. Dans le cas contraire, ils sont plus doux que des agneaux à laine hirsute, les plus doux qui soient. Ces dragons produisent tout le temps des bulles dans leur thorax. Ces dernières explosent naturellement dans leur corps et ne sont d’aucun danger pour eux ; le liquide utilisé pour former la bulle retombe simplement au fond du thorax et de nouvelles bulles viennent alors se former. C’est d’ailleurs de là que vient le cri du dragon bulle : ils bloopent ou boopent. Le nom vient du bruit de l’explosion qui donne un petit Boop ou Bloop en fonction de la quantité de salive présente dans leur gueule. Néanmoins, ces bulles sont dangereuses pour l’homme. Non, elles peuvent l’être. Dans leur forme de base, elles sont faites d’eau et de chaleur, soit de vapeur. S’ils se sentent menacés, ils peuvent faire monter la température de la vapeur et sévèrement brûler les personnes qui eurent la mauvaise idée de les déranger. Mais ceci n’est pas mortel, loin de là. Dans certain cas, lorsqu’ils souhaitent tuer, ils remplissent les bulles de cyanure. Oui, de cyanure, ce qui en fait une arme redoutable. Moins d’une minute après la inhalation, c’est la mort assurée. C’est ainsi que j’ai perdu mon grand ami, Emmett, dont les gestes ont toujours été trop brusques. Trop content d’avoir enfin trouvé un dragon bulle, voila que cet imbécile l’attrape à pleines mains. Le dragon, jeune, utilisa le cyanure pour se défendre et la bulle retira la vie de mon pauvre idiot d’ami. Paix à son âme. C’était un brave homme, mais qui n’avait pas forcement toutes les pâtes dans le pot de nouilles.
La caractéristique qui m’impressionne le plus reste leur capacité à ne pas être vu. Je n’ai jamais compris comment elles s’y prenaient, mais ces petites choses parviennent à choisir les gens qui les voient. En effet, en plus de leur taille particulièrement réduite, ils savent donc choisir d’apparaître ou non aux yeux des personnes qu’ils croisent. La plupart des personnes les ayant vu sont des enfants, étant plus simples et innocents que les adultes. Ils ne voient en ces dragon qu’une créature vivant dans leur salle de bain, contrairement aux adultes qui pour beaucoup se méfient de ces dragons qui vivent dans leur salle de bain, et pour d’autres, qui les cassent pour les revendre, eux ou des morceaux de leur corps. Le dragon bulle est trop petit pour être recherché pour sa chaire, mais se écailles et ses yeux sont très prisés des collectionneurs et joailliers. J’ai aussi vu des hommes de cirque en rechercher pour des tours effectués sous les yeux des spectateurs.
Tout ceci m’énerve, je préfère changer de sujet. Tiens, j’avais dis vous parler de la raison pour laquelle les dragons bulle vivaient dans les salles de bain. Voulez-vous le savoir ? Que vous acquiesciez ou non, je vais tout de même l’écrire ici, libre à vous de ne pas le lire. Néanmoins, il ne faut pas se creuser les méninges trop longtemps pour comprendre les intentions des dragons ici. L’objectif est ici de dissimuler le bruit que les bulles font en explosant, et d’assurer un taux d’humidité toujours suffisant pour produire les bulles. Sans cela, le dragon meure, puisque le bruit le ferait repérer et il ne pourrait produire de bulle, son corps étant trop sec. Je ne peux vous dire pourquoi cela le tue, puisque je ne le sais pas moi même.
Je pourrai continuer à disserter des heures sur ces créatures, si belles et si simples, mais si fragiles et à la fois si dangereuses. Je ne peux que vous recommander la plus grande prudence lorsque vous en trouverez un, afin de ne pas finir comme mon ami, Emmett, et de les laisser vivre, vu que ces derniers sont rares, et que leur nombre diminue.