Page - Pouvoir de merde

Auteur : nabi

Écrit le : 2018-05-28


Elizabeth n’aimait pas son pouvoir. Pas le moins du monde. Elle trouvait, et selon elle, à juste titre, son pouvoir complètement inutile. Sans parler du fait que tout le monde trouvait son pouvoir exceptionnel. Ça, ça l’horripilait au plus haut point.

Vous vous demandez certainement en quoi consiste son pouvoir exactement, je me trompe ? C’est assez simple, Elizabeth sait arrêter le temps. Oui, elle sait faire en sorte que, à son bon vouloir, le cours du temps s’arrête. Mais en quoi est-ce un mauvais pouvoir me direz-vous ? En quoi est-ce inutile ?

C’est très simple. Son pouvoir lui permet juste d’arrêter le temps. Une fois le temps arrêté, elle ne peut rien faire, si ce n’est être consciente que le temps est arrêté. Le temps stoppé, elle ne peut pas bouger, agir, réfléchir, manger, dormir. Bref, rien. Même pas respirer !

A un moment, la jeune fille avait essayé d’en profiter pour dormir en douce, passer ses nuits à sortir, jouer, lire… Mais chacun de ses essais s’était soldé par de longues secondes à essayer de reprendre son souffle.

Elle avait accepté sa différence et comptait bien vivre avec, et ne jamais l’utiliser. Mais c’était peine perdue, vu que ces gens étaient un jour venu la voir. Ils disaient faire partie d’une école spécialisée, remplie d’enfants comme elle. Ou peut-être de personnes comme elle. Elle ne savait pas et elle s’en moquait bien. Elizabeth n’avait pas tout écouté de ce qu’ils avaient dit. Elle avait commencé par faire la sourde oreille, mais bien évidemment, elle avait saisi des bribes de ce qui était dit. Et il avait fallu que cette jeune fille, d’à peine trois ans de plus qu’elle, ne vienne lui parler. Elle et sa foutue tignasse blanche… s’amusa-t-elle à jurer.

Au premier contact, elle avait senti qu’elle était différente. Elle aussi détenait un pouvoir, et avant même d’avoir à formuler la demande dans sa tête, la jeune femme se retourna et l’air sembla se déformer autour d’elle. De nombreuses vaguelettes de ce qui ressemblait à des ondes de choc dansaient autour d’elle, alors qu’elle dansait à son tour. Une danse horrible et disgracieuse. Ses comparses enfouirent leur visage dans leurs mains, ou détournèrent le regard, mi-gênés,  mi-amusés. Pourtant, une douce mélodie chaleureuse parvint aux esgourdes d’Elizabeth, ce qui la calma, et avant qu’elle ne le remarque, Abby était devant elle.

Chacun des membres du groupe était un différend… Non, chacun possédait un pouvoir. Abdelali, Johny « Mouche » Bou et Asgrim, tous avaient des pouvoirs. Utiles ou non, ils avaient des pouvoirs. Et ce jour-ci, ils lui avaient tendu la main, main qu’elle avait alors saisie.

Aujourd’hui, elle émergeait de ses draps, encore en retard. Elle courra s’habiller de l’uniforme des activités physiques et couru le plus vite possible vers les gymnases, en repensant à la danse horrible d’Abby, ce jour-là. Elle rit de bon cœur, surtout lorsqu’elle vit qu’elle n’avait pas « activités sportives » ce matin et que le gymnase était vide.

Et son foutu pouvoir, toujours inutile, ne lui servait toujours qu’à arrêter le temps.