On est allé rêver au cinéma avec Pixels et le Petit Prince

Auteur : nabi

Écrit le : 2015-08-02 00:00:00


Ce week-end, je suis retourné à Vannes voir des amis, et on est allé au cinéma. Il faisait frais dans le cinéma c’était bien… Fin bref, au ciné, on s’est senti vieux et surtout, on a été rechercher notre âme d’enfant…

 

Le Petit Prince et Pixels

                Nous sommes donc allés voir 2 films au cinéma, une création française,  le Petit Prince, et une création américaine, Pixels. Le Petit Prince, est un film français, sortit le 29 Juillet 2015, réalisé par Mark Osborne, à qui on doit notamment les films Kung-fu panda ou Hop. Dans ce film d’animation, on suit une petite fille qui rencontre, à la suite d’un déménagement, un vieux voisin différent, qui va lui apprendre à rêver par le biais de l’histoire du Petit Prince.

                Du coté de Pixels, il s’agit d’une création américaine, de Chris Columbus, producteur des films Harry Potter et réalisateurs des 2 premiers épisodes de la série, scénariste des Goonies, des Gremlins 1 et 2, de Némo et j’en passe. Le film est sortit le 22 juillet 2015. Ici, le scénario est fantastique : un championnat international du jeu vidéo d’arcade est filmé en 1982. L’enregistrement est envoyé dans l’espace et est trouvé par des extra-terrestres, qui voient ici une menace de guerre. Ils attaquent alors la Terre avec des vaisseaux de la forme des personnages des jeux vidéo.

Pixels

                Avant de parler du film, il faut savoir que l’idée originale vient d’un court métrage français datant de 2010, que voici

 

                Chose intelligente, l’équipe qui a réalisé ce court métrage a été intégrée dans la conception du film : ils ont pris pas au script du film, la réalisation des effets spéciaux et tout ce qui va avec. Ce n’est donc pas juste le « vol » ou l’achat d’une idée, mais bien une coopération.

                Maintenant, le film en lui-même. Mis à part un scénario un peu simple, même si ça évite de trop réfléchir, le film est bon. Enfin, bon pour des personnes ayant mon humour et une bonne culture des vieux jeux vidéo du genre Pac-Man, Galaga, Astroïds ou Qbert, et j’en passe. L’humour est omniprésent, mais est assez, voir très ringard.

Le film offre une bonne dose d’action, qui dynamise bien le film. Mais ce qu’il ne fallait pas rater, c’était les effets spéciaux. Bien que composer de Pixels, il fallait faire de beaux pixels. Et c’est un pari réussi. Les effets spéciaux sont bons et, j’ai trouvé, hyper réalistes. La présence de certaines Guest Stars dont Séréna Williams ou surtout Monsieur Tōru Iwatani, « Papa » et créateur de Pac-Man, affirme le coté humoristique et documenté du film. Clairement, si vous souhaitez passer un bon moment, ce film peut être un bon plan ;)

Le Petit Prince

                Je dois vous avouer, que lorsque j’ai vu le début de la bande annonce, je me suis dit « Bon aller, encore une adaptation du petit prince ». Et à la fin de la bande annonce, je me suis dis que ça serait sympas d’aller le voir. Et l’occasion s’est présentée ce Week-end d’aller le voir. Et je ne regrette absolument pas.

                Le film est un beau film d’animation, qui m’a permit de découvrir le Petit Prince, que OUI, je ne connaissais pas pour ne pas l’avoir lu. Lors de sa réalisation, Mark Osborne à choisi d’utiliser 2 principes d’animations. Le premier, pour le film en lui-même, on est sur de l’animation pur, simple et belle. Pour les passages ou on découvre le petit prince dans son périple, la partie narrée, l’animation est composée de papier.  Oui, intégralement de papier. Afin de tourner une seconde du film, il fallait une journée de travail. Et le résultat est là, un très beau rendu, fluide et adapté au récit du Petit Prince. Comme la partie avec le Petit Prince est lue, quoi de mieux que du papier pour l’animer ?

                Le film à l’avantage d’offrir plus d’un sens de lecture. Les enfants peuvent y aller sans soucis, puisque l’histoire repose principalement sur l’histoire du Petit Prince. Et les adultes s’amuseront (ou non) à y voir une critique de la société actuelle, dans laquelle on doit se fondre dans le moule dès l’enfance afin de choisir le métier qu’il faut. Et ce n’est qu’un des nombreux sens de lectures possibles.

                Mais derrière ça, c’est surtout l’occasion de rêver, de s’évader, de penser à autre chose. Le film est beau, plein de couleurs. Ces jeux de couleurs sont justement habillement utilisés pour nuancer le monde de l’imaginaire, de l’insouciance et le moule. Alors cet été, n’hésitez pas, prenez vos enfants, vos amis ou vos parents avec vous et allez le voir.

                Voila, c’est fini, circulez, y’a plus rien à voir. Sérieusement, j’espère que l’article vous a plus. Partagez-le autour de vous, faites moi de la pub ! J’en ai besoin afin de sentir votre amour pour le site ! Donc comme d’habitude, commentez, que ce soit sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter  et Google +) ou sur la partie commentaires du site. Aller, partagez et parlez en autour de vous et à la prochaine !