L internet des Choses c est quoi

Auteur : nabi

Écrit le : 2015-10-17 20:08:08


Bonjour à toutes et tous ! J’espère que ça va bien de par chez vous. Moi ? Heu… oui. L’autre jour en surfant un peu sur le net, je me suis retrouvé confronté  à un terme étrange que je n’ai pas compris sur le fait, et que vous avez peut-être vous aussi rencontré. Ce terme, c’est l’internet des choses. De quoi ça cause ? Venez, je vais vous le dire.

L’Internet Des Choses

            Nous avons déjà parlé d’internet. Pour celles et ceux ne se rappelant plus de ce qu’est Internet, je les invite à se rendre ici => http://nabispace.fr/?NewsID=The%20Legend%20Of%20:%20Internet et de lire cet article ! Pour les autres, on continue. Lorsque vous utilisez internet, vous êtes principalement sur votre ordinateur, votre téléphone ou votre tablette ? Il faut savoir qu’Internet est normalement fait pour ces supports. On dit qu’Internet est  normalement confiné aux ordinateurs ou aux mobiles comme les tablettes ou les Smartphones. Mais si s’était encore le cas, je ne ferais pas cet article. Puisque oui, vous vous en doutez, le champ d’action d’Internet à également été étendu aux objets du quotidien, ce qu’on appel les « objets connectés ».

Ce sont des objets, qui grâce à des technologies telles que le Wifi ou le Bluetooth, peuvent être reliés à Internet. Mais pour cela, il faut que les objets puissent être identifiés.  C’est pourquoi, chaque objet connecté est équipé d’une puce, souvent une puce RFID, afin d’identifier l’objet. RFID signifie Radio Frequency IDentification, ce qui signifie que chaque objet est identifié grâce à ces puces. Ces petites puces ont un stockage limité et ne contiennent souvent qu’un identifiant ou de très rares données. Une fois cet identifiant récupéré, il est simple de se connecter à la base de données centralisant toutes les données de l’objet, afin d’étudier ces données. Le but premier de ces objets est d’enregistrer des données afin de faciliter l’utilisation de ces derniers, ou la vie des utilisateurs. L’utilisation première de ces objets ne doit pas être « l’espionnage » des utilisateurs, bien qu’on imagine aisément que ce sera le cas. Oups c’est déjà le cas. Ben oui, vos Smartphone (et oui, pas de S au pluriel puisque c’est un anglicisme), et le mien d’ailleurs.

Afin de poser des bases communes, on va définir ensemble ce qu’est un objet connecté afin d’être bien d’accord. Alors, allez-y je vous écoute. Personne ?

Bon ben merci pour votre lecture de cet article, j’espère qu’il vous aura plus. Dans tous les cas vous pouvez toujours cliquer sur les liens suivants pour être social et dynamiser la communauté nabispacienne !

Une page facebook  https://www.facebook.com/NabispaceFr

Une page g+ g+

Et une page twitter https://twitter.com/nabispacefr

Vous pouvez aussi m’écrire un mail à l’adresse admin@nabispace.fr.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous êtes encore là? mince, bon, on continue

Un objet connecté, se définit pour moi de la manière suivante :

Pour faire des phrases, nous voulons que notre objet soit connecté à internet afin que des données soient collectées a propos de son utilisation, et déposées sur une base de données. Pourquoi une base de données ? C’est bien plus simple que de le stocker directement sur l’objet. Beaucoup d’objets connectés sont petits (ampoules, télécommandes…) et, bien que les stockages rétrécissent et deviennent de plus en plus puissants, ça demande quand même de la place. Donc, c’est plus simple sur une BDD (Base De Données). Bon, après avoir abreuvé vos cerveaux de théorie, nous allons faire un peu d’histoire.

Un tour de l’historique de l’internet des choses

            Pour commencer l’histoire des objets connectés, certains pensent qu’il faille remonter jusqu’au XIX° siècle, avec le développement des premiers télégraphes, de la radio et des téléphones. Or, comme nous l’avons vu un peu plus haut, pour considérer un objet comme « connecté », il faut que ce dernier puisse être identifié à l’aide d’une puce et qu’il possède un identifiant propre. De plus, sans internet, comment considérer que l’objet est connecté ?

            Ce n’est donc vraiment qu’au XX° siècle, que l’aventure de nos objets connectés commence. En 1926, Nikola Tesla imagine un monde interconnecté, sans fils. Il dira alors « Quand la connexion sans fils sera parfaitement maîtrisée, le monde sera converti en un cerveau géant ». Si on continue à lire la citation de Monsieur Tesla, on peut également voire que ce dernier avait, en 1926, pensé au smartphone : « Ce n’est pas tout : grâce à la télévision et au téléphone, nous pourrons nous voir et nous entendre aussi parfaitement que si nous étions face à face, même si nous sommes éloignés par des milliers de kilomètres ; et les machines qui nous permettront d’accomplir ceci seront incroyablement plus simples que le téléphone actuel. Un homme pourra en transporter une dans la poche de son veston ». Ça me fait dire qu’un jour, je pourrais parler du bonhomme dans un article. Enfin, un article, façon de parler…

Entre 1989 et 1990, Tim Berners Lee développe le World Wide Web, bases de l’internet d’aujourd’hui. Les premiers objets connectés voient le jour juste après, en 1990, avec un grille-pain qui pouvait s’allumer et s’éteindre grâce à des instructions simples envoyées par internet, ainsi qu’une cafetière (dont je ne sais rien… désolé). En 1999, Kevin Ashton, pionnier de la technologie RFID, invente le terme Internet Of Things (Internet Des Choses), et devient l’un des pionniers du genre. Il fondera avec le MIT un laboratoire qui étudiera l’internet des choses et l’identification électronique. Ce laboratoire s’appelle « l’auto id labs » (ça peut servir dans une discussion).

En 2000, LG dépose un brevet sur un plan de frigidaire connecté. Il s’agit du premier industriel s’intéressant de près aux objets connectés. En 2002, l’Ambiant Orb, une sphère qui pouvait changer de couleurs avec des instructions tirées d’internet, et qui pouvait afficher des données du Dow Jones, des news et la météo, toute seule. En 2005, le Nabaztag, un lapin robot pouvait lire lui aussi les info, mais aussi des messages reçus sur une adresse mail. De nombreux autres exemples d’objets connectés sont disponibles, principalement à partir de 2005. C’est environ autour de 2005 que les objets connectés ont déferlé sur le monde, si bien que l’ONU les mentionne dans une déclaration sur les communications. Ces communications étant en perpétuelle évolution, elles offrent à présent (en 2005) la possibilité d’être connecté à internet de partout, et pour tout le monde.

En 2008, afin de faciliter l’identification des objets connectés, l’idée d’appliquer une adresse IP aux objets connectés est émise. En 2011, le passage à l’IPV6 (protocole d’identification plus large que son prédécesseur, l’IPv4, permettant notamment l’identification de plus d’appareils, dont les objets connectés) à permit d’élargir les possibilités liées à ces objets, notamment, et surtout pour l’identification de ces objets. On estime qu’en 2012, il y avait environ 8,7 milliard d’objets connectés réparti autour du monde. Les prévisions pour 2020 se situent entre 50 milliard et 80 milliard, environ.

Maintenant qu’on a été voir de plus près ce que nous réservait l’histoire des objets connectés, et si on passait à ce qui, j’imagine, vous intéresse plus, à savoir la situation aujourd’hui ?

Les objets connectés dans notre quotidien

            Vous vous en doutez, mais vu leur nombre, il faut le dire, les objets connectés sont absolument partout. De votre maison, dans chaque pièce, à votre travail, dans la rue, dans les champs produisant votre futur repas… Certains objets sont connus grâce à la très grande communication faite autour de ces objets la simplicité logique de ces objets. On pensera notamment aux Google Glass, aux frigidaires vous envoyant des SMS parce que le lait est bientôt périmé ou à la voiture autonome (qui se conduit toute seule). Je pense qu’il est plus intéressant de parler d’objets connectés vraiment utiles et apportant une vrai innovation.

            C’est par exemple le cas de MUSE (hasard des choses). Si l’idée est simple et que l’imaginaire l’a souvent produit, et que ça doit déjà exister, je trouve ça juste bluffant. Le cerveau est un outil puissant, très peu connu. Cet objet vous permet de contrôler votre ordinateur ou votre Smartphone par la pensée. Il s’agit d’une sorte de sert-tête qui se place sur le front et la tempe. Il détecte l’activité cérébrale de la personne et si elle est détendue ou stressée. Il est ensuite simple de, selon la présentation de l’objet, d’écrire et de mettre en forme un texte avec la pensée, d’éteindre ou d’allumer des lumières… On peut imaginer pleins d’autres utilisations comme le pilotage de drones par la pensée (déjà possible, mais pas avec cet objet), la gestion des maisons équipée de domotique, et pourquoi pas, soyons fous, la communication ?

            Le thermostat Nest, un thermostat intelligent. Nest est un thermostat qui adaptera la température de la maison, l’appartement, des différentes pièces individuellement, en fonction du temps qu’il fait à l’extérieur, de l’activité de la maison… Il peut par exemple détecter qu’il n’y’a personne dans la maison et se placer en économies d’énergies.  Dans certains foyers où il est installé, il à détecté les habitudes des foyers et se déclenche un peu avant le levé des membres du foyer, et se place en économie d’énergie tout seul à leur départ.

            Pour continuer sur la maison, on peut aussi parler de Lockitron, une serrure électronique pouvant être ouverte par internet ou son Smartphone. Ou encore du projet LIFX, une ampoule qu’on pourrait faire vivre jusqu’à …. 25 ans. Oui, 25 années de suite sans la changer. On pourrait également contrôler son intensité ou l’adapté à une ambiance musicale !

            Pour la santé, on peu utiliser TruPosture, un T-shirt permettant de combattre le mal de dos. Le T-shirt est rempli de capteurs, qui détecteront les zones du dos du porteur, où la pression est la plus importante, la cambrure la plus importante… Lorsqu’il détectera ces anomalies, le t-shirt enverra de petites vibrations à l’endroit du mal et permettra ainsi à la personne de corriger le tir. Il est fourni avec une superbe application permettant de suivre l’évolution de sa posture, d’obtenir des conseils pour soulager son dos…

            Et je pourrais en parler pendant encore des heures tant les exemples sont sidérants… Il est clair que la technologie nous aidera à avancer. Mais encore faut-il réussir à la maîtriser ! Il ne faut aussi pas rentrer dans de l’espionnage massif, notamment avec les Google Glass, les Smartphone, les montres connectés et bien d’autres…

 

 

            Bref cet article est maintenant vraiment terminé ! J’espère qu’il vous a plus. Il est plus long que prévu, désolé pour ceux préférant les articles courts, mais faire court sur ce sujet est compliqué, voir impossible sans omettre 90% des informations. Du coup, merci d’avoir lut jusqu’ici ! Si l’article vous a plus, dites le moi, il en va de même si ce n’est pas le cas. Vous pouvez encore et toujours visiter les réseaux sociaux en cliquant sur les liens ci-après ( Facebook, Twitter  et Google +) et m’envoyer un mail en utilisant cette adresse => admin@nabispace.Fr

            Alors encore une fois merci pour votre lecture et je vous dis à bientôt, pour je l’espère, une vidéo, ou un article. Aller, à bientôt les Nabispacien !