GRIS : Une perle rare

Auteur : nabi

Écrit le : 2019-01-27 22:01:10


Aujourd’hui considéré par beaucoup comme un art, provocant les contestations chez d’autres, le jeu vidéo est une de mes passions. Alors que la passion débordante de certains penchent vers le profit au détriment du divertissement, d’autres misent sur une approche plus artistique. Parmi ces derniers, des perles remplies de magies voient le jour, pour le plaisir des joueurs. Et la perle de 2018 dont je vous parle tout de suite, c’est GRIS.

 

Lettre d’amour à GRIS

Jeu indépendant sorti à la fin de l’année 2018, le 13 décembre exactement, il est édité par Devolver digital (Hotline Miami 1 & 2, Broforce, Unter the Gungeon… (il y en a beaucoup d’autres…)) et développé par Nomada studio, nouveau venu sur la scène du jeu vidéo. Le jeu nous plonge dans l’aventure d’une jeune femme partant à la recherche de sa voix, perdu après une épreuve difficile. Ce jeu de plateformes trouve tout son intérêt dans sa réalisation artistique, aux petits oignons.

D’abord un peu timide, tu offrais une pale palette de couleurs, blanches, noires ou grises. Mais alors que nous avons fait connaissance, tu as su t’ouvrir et me présenter d’autres couleurs, plus jolies les unes que les autres. Et plus j’en apprenais, plus les couleurs s’intensifiaient et se mêlaient, offrant un spectacle plus joli. En plus de nous offrir d’autres couleurs, tu nous as offert d’autres facettes de ta personnalité, fortes appréciables, et marquantes, évoluant tout du long de l’expérience. Chaque nouvelle couleur nous offrait une nouvelle façon de te connaitre, de t’appréhender, et de t’ouvrir. D’un esthétisme bluffant, tu m’a je l’avoue, scotché. 

La douce mélancolie de ta voix et de ton univers musical, que tu as su me faire découvrir, m’a envouté. Tout comme tes couleurs, tu as su utiliser ton univers musical pour t’ouvrir et m’attirer à toi, non sans montrer une force de caractère, pleine de punch. Plus j’en apprenais, plus tu semblais encline à m’en apprendre d’avantage, et ce fut un réel plaisir. Et lorsque tu as pris conscience que tu pouvais le faire, tu m’a parlé et j’ai pu entendre ta voix, timide, chantée.

Ces changements de gameplay marquant le jeu m’ont vraiment plus. J’ai trouvé qu’il s’agissait là d’une habile façon de faire évoluer le jeu afin que ce dernier ne se répète pas et perde de son charme.  Le plaisir provoqué par ce jeu réside aussi dans la façon dont il nous fait jouer. Point de mort ici, non, mais un univers de contemplation et de puzzle suffisamment retords pour nous occuper, mais pas trop pour ne point nous lasser. C’est notamment grâce à d’ingénieuses plateformes invisibles pour nos mirettes, que le jeu nous sauve lorsque nos doigts n’assurent plus leur mission de nous mener à bon port.

En conclusion, GRIS est le jeu de 2018 qui me fait dire que, malgré leur rareté, de telles pépites existent encore, et il est de notre mission, de les trouver et d’y jouer.